Société Française de Rhumatologie

Dossier Polyarthrite rhumatoïde


A. La polyarthrite rhumatoïde : quelle est cette maladie ?


>> Quelle est la définition de la polyarthrite rhumatoïde ?


La polyarthrite rhumatoïde (PR) est un rhumatisme inflammatoire chronique. C’est à dire qu’il s’agit d’une maladie articulaire qui s’accompagne d’une inflammation de la synoviale et qui va durer. La synoviale est la membrane qui tapisse l’intérieur de la cavité articulaire et qui a pour fonction de sécréter le liquide articulaire : le liquide synovial qui lubrifie l’articulation.

articulation normale

Au cours de la PR, cette membrane est le siège d’une inflammation. Elle sécrète une quantité trop importante de liquide qui s’accumule dans l’articulation. Celle ci gonfle et devient douloureuse. Il y a un épanchement de synovie. Ce phénomène se produit dans chaque rhumatisme où il existe une inflammation d’une articulation. Mais il se caractérise au cours de la PR, par le fait que les cellules de la membrane synoviale se multiplient anormalement. Il en résulte un épaississement de cette membrane que l’on appelle pannus synovial.

 

Si l’inflammation de la synoviale persiste, des conséquences sur tous les éléments de l’articulation (cartilage, os situé sous le cartilage) mais aussi sur ceux qui l’entourent (ligaments, tendons) vont survenir. Ainsi, les lésions du cartilage et de l’os au-dessous surviennent lorsque le pannus synovial et les enzymes inflammatoires contenus dans le liquide se mettent à agresser ces structures. Les tendons qui entourent l’articulation sont également touchés et participent, en l’absence de traitement, au développement des dégâts, puis des déformations articulaires.

 

La douleur et la gêne fonctionnelle qui caractérisent la PR sont dues soit à l’inflammation, soit aux lésions du cartilage et de l’os situé au-dessous.


Figure 1

Figure 2

Figure 3

Figure 1 : inflammation de la synoviale

Figure 2 : hypertrophie de la synoviale avec multiplication des franges ; amincissement du cartilage ; épanchement de liquide synovial

Figure 3 : poursuite de l’amincissement du cartilage et développement d’ulcérations osseuses.


 

Dans le cas de la PR, plusieurs articulations sont touchées, c’est pour cette raison que l’on parle de polyarthrite.

 

C’est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires chroniques. On la qualifie également de maladie systémique car elle ne touche pas seulement les articulations et divers organes peuvent être atteints. Elle fait partie des maladies auto-immunes, car dans son déclenchement et dans sa pérennisation intervient un dérèglement de l’immunité avec formation d’auto-anticorps.

L’immunité est ce qui permet de reconnaître un agent étranger comme extérieur à soi pour pouvoir l’éliminer. L’immunité permet aussi à chacun d’entre nous de reconnaître des organes comme étant les siens afin de les tolérer et de ne pas déclencher de réponse contre eux. Lorsqu’il existe un trouble de l’immunité comme au cours de la PR, les articulations peuvent être reconnues comme étrangères et donc agressées. Une des objectifs du traitement sera de rétablir la tolérance contre ses propres articulations.

 



[ Fermer la fenêtre ]

© SFR - Dossier Polyarthrite rhumatoïde 2006