Société Française de Rhumatologie

Dossier Spondylarthrite ankylosante


B. Comment se manifeste la spondylarthrite  ?


>> À part les articulations, quelles sont les autres atteintes ?


Il existe au cours de la spondylarthrite des localisations extra-articulaires. Parmi les plus fréquentes, on retrouve des atteintes cutanées, oculaires et intestinales.


L'atteinte de la peau prend la forme d'un psoriasis. Toutes les études montrent que le psoriasis est beaucoup plus fréquent au cours des spondylarthrites (15%) que dans la population générale (3%). Les manifestations cutanées existent le plus souvent avant l'apparition des signes articulaires. L'intervalle est parfois de 10 à 12 ans. Les atteintes sont caractéristiques, avec des lésions bien délimitées souvent ovales ou arrondies et recouverte d'une couche de squame. On retrouve cet aspect aux coudes, au bord interne des avant-bras, dans la région en bas du dos, aux genoux, dans le cuir chevelu, la face antérieure des jambes, les ongles, les paumes des mains et les plantes des pieds. Les plis peuvent également être atteints : entre les fesses, sous les seins, les aisselles et les plis inguinaux.


L'atteinte oculaire se manifeste le plus souvent par une uvéite. Il s'agit d'une inflammation de la partie antérieure de l'oeil. Ce dernier devient alors rouge et douloureux et la vison est parfois floue. Il faut signaler à votre médecin tout épisode de ce genre, car l'uvéite peut récidiver et être à force responsable de cicatrices qui perturbent définitivement la vision.


Les atteintes intestinales sont des manifestations fréquentes au cours de la spondylarthrite, résultant de lésions inflammatoires au niveau des muqueuses. Là également les manifestations digestives peuvent précéder le déclenchement de la spondylarthrite, ou survenir après son apparition. Elles se traduisent le plus souvent par des douleurs ou des troubles du transit à type de diarrhée. Si vous présentez de tels troubles, c'est votre médecin qui décidera de l'opportunité de réaliser des examens complémentaires ou non.


D'autres manifestations sont plus rares comme les atteintes cardiaques, pulmonaires ou les atteintes génitales.


Les atteintes cardiaques, se traduisent soit par des troubles du rythme où le cour se met à battre irrégulièrement, soit par des lésions au niveau des valves cardiaques qui sont des sortes de portes entre les gros vaisseaux comme l'aorte ou l'artère pulmonaire et le cour. Dans ce dernier cas, la fermeture des valves est incomplète ce qui se traduit par un « souffle » au cour. Votre médecin peut détecter précocement ces lésions en réalisant une auscultation de votre cour et un électrocardiogramme (ECG).


Les atteintes pulmonaires s'observent lorsque se développe une ankylose prononcée de la paroi thoracique. Elle est exceptionnellement sévère.


Enfin, les atteintes génitales peuvent évoluer parallèlement aux poussées inflammatoires de la spondylarthrite. La plus fréquente d'entre elles est l'uréthrite aseptique (c'est à dire non infectieuse) qui fait partie des spondylarthropathies telles que l'arthrite réactionnelle.



<< Précédent [ Fermer la fenêtre ]

© SFR - Dossier spondylarthrite 2007