© Soumission Congrès 2005
SFR
Société Française de Rhumatologie
Envoyer à un ami Imprimer
 RESUME SELECTIONNE
 Ma.43

Manifestations articulaires et périarticulaires révélatrices de myopathies chez l'adulte : à propos de 4 observations
T. Cardon, T. Stojkovic, G. Viet, B. Duquesnoy

 Introduction

L'incidence des myopathies en rhumatologie est probablement sous estimée. Les signes musculaires sont parfois discrets et l'expression clinique devient alors particulièrement trompeuse avec des douleurs articulaires ou périarticulaires au premier plan.

 Patients et Méthodes

 Cas Clinique

Cas 1 : Homme de 21 ans présentant des scapulalgies bilatérales lors de la pratique du volley-ball. L'amyotrophie clinique fait suspecter une dystrophie fascio-scapulo-humérale de Landouzy Dejerine que viendra confirmer l'EMG et l'étude génétique. Cas 2 : Femme de 40 ans se plaignant de dorsalgies hautes, de scapulalgies bilatérales et de douleurs des chevilles à la marche. L'amyotrophie des interosseux de la main, de la région interscapulaire et des péroniers et l'enquête familiale vont permettre d'aboutir au diagnostic de myopathie oculo-pharyngo distale. Cas 3 : Homme de 70 ans consultant pour des douleurs fémoro-patellaires. L'installation progressive d'une amyotrophie quadricipitale bilatérale rebelle à la kinésithérapie incite à la pratique d'un EMG qui découvre un syndrome myogène. La biopsie musculaire montre un aspect caractéristique de myosite à inclusion. Cas 4 : Femme de 60 ans présentant une périarthrite de hanche gauche récidivante malgré des infiltrations et une rééducation. La constatation d'un ptosis, de rares troubles de déglutition et d'une élévation des CPK oriente le diagnostic vers une myopathie oculo-pharyngée dont la mutation génétique est retrouvée. Le caractère récidivant de la périarthrite s'explique par la discrète atteinte pelvienne de la myopathie.

 Conclusion

Les symptômes inauguraux de ces quatre patients ont amené leur médecin traitant à prendre en premier un avis rhumatologique libéral. Une insuffisance musculaire d'installation insidieuse et progressive est susceptible de générer des douleurs articulaires ou périarticulaires de tonalité mécanique. L'intérêt de ces observations est de rappeler les éléments anamnestiques et sémiologiques suggérant la présence d'une myopathie sous-jacente. Il s'agit d'affections en cours de démembrement grâce aux récents progrès de la génétique, qui suscitent un intérêt croissant en rhumatologie.

Mots-clefs :
muscle
myalgies
myopathie

© SFR - Soumission Congrès 2005

Envoyer à un ami Imprimer