© Soumission Congrès 2005
SFR
Société Française de Rhumatologie
Envoyer à un ami Imprimer
 RESUME SELECTIONNE
 Me.26

Statut osseux des patients avec syndrome du grêle court (GC) avec ou sans nutrition parentérale à domicile (NPAD)
R. Javier, A. Ledit, J. Reimund, R. Baumann, J. Kuntz

 Rationnel

Les anomalies osseuses (de physiopathologie incomplètement comprise) sont fréquentes et parfois handicapantes chez les patients en NPAD. Les patients avec GC ne nécessitant pas le recours à la NPAD ont également un risque de développer des complications osseuses. Le but de notre étude a été 1) d’évaluer le statut osseux d’un groupe de malades en NPAD et le comparer à celui de malades ayant un GC mais ne nécessitant pas encore de NPAD 2) d’essayer d’identifier certains facteurs contribuant aux anomalies osseuses observées.

 Patients et Méthodes

14 patients avec GC (âge moyen 53 ans, 25-81 ans) ont été comparés à 18 patients en NPAD (âge moyen 57 ans, 17-79 ans, durée moyenne de NPAD 40 mois). Un bilan clinique, des radiographies du rachis dorsal et lombaire, une ostéodensitométrie, un bilan biologique évaluant les paramètres nutritionnels, phosphocalciques, inflammatoires et les marqueurs du métabolisme osseux ont été réalisés Des tests non paramétriques ont été utilisés pour l’analyse statistique.

 Résultats

Dans le groupe NPAD, les douleurs osseuses étaient présentes chez 11 patients (61 %) et 4 (22 %) avaient fait des fractures, en particulier vertébrales. Dans le groupe GC, 4 (29 %) avaient des douleurs osseuses et 1 (7 %) avait eu une fracture vertébrale. Le statut nutritionnel clinique et biologique était normal et comparable dans les deux groupes. La DMO était abaissée dans les 2 groupes : aucun patient en NPAD n’avait une DMO normale (ostéoporose 56 %, ostéopénie 44 %) comparée respectivement dans le groupe GC à 36 % et 57 % (différence non statistiquement significative). Dans le groupe NPAD, la DMO était négativement corrélée à la durée du syndrome du GC (moyenne : 72 mois, 6-240 mois) et à l’orosomucoïde suggérant qu’une durée prolongée de malnutrition associée à une inflammation persistante peut être délétère pour le statut osseux. Dans le groupe GC, la DMO était associée à un indice de masse corporel bas, une 25-OH D basse, une albumine sérique basse et une diminution des concentrations de vitamine A et d’IgF 1.

 Conclusion

La plupart des patients avec syndrome du GC court avec ou sans NPAD ont une pathologie osseuse (douleurs et fractures). Avant la NPAD, la DMO semble corrélée à la malnutrition subclinique. Nous recommandons la réalisation systématique d’une évaluation osseuse chez ces patients, même en présence d’un statut nutritionnel clinique normal, avec une attention particulière pour la 25-OH D.

Mots-clefs :
Nutrition parentérale
syndrome du grêle court

© SFR - Soumission Congrès 2005

Envoyer à un ami Imprimer