© Soumission Congrès 2006
SFR
Société Française de Rhumatologie
Envoyer à un ami Imprimer
 RESUME SELECTIONNE
 Me.130

Colite lymphocytaire révélée par une mono arthrite (à propos d'un cas)
M. Ait Ouazar

 Introduction

La colite lymphocytaire est définit par l’association de diarrhée chronique, sans anomalie macroscopique, et une hyper lymphocytose supérieure à 20% dans les cellules épithéliales.

 Observation

Une femme de 42 ans, consulte pour mono arthrite aigue du genou gauche à liquide articulaire inflammatoire, stérile à prédominance lymphocytaire. Les prélèvements de gorge, la cytobactériologie urinaire, la recherche de bacilles de koch dans les crachats et l'intradermo-réaction à latuberculine sont négatifs.

La biologie montre ; une VS à 90 mm/h, et une CRP à 26 mg/l. La NFS, la fonction rénale, les transaminases, le bilan phosphocalcique, et l'uricémie sont normaux. Les sérologies des hépatites B et C, du chlamydiae, de la syphilis, et du VIH, sont négatives. Les radiographies du thorax, des genoux, des articulations périphériques, et du rachis sont normales. La patiente est traitée par bi antibiothérapie, avec amélioration clinique et biologique. Cinq mois plus tard, elle présente une poussée d’oligoarthrite avec épisode diarrhéique. La colonoscopie avec biopsie est normale. Devant la persistance de la diarrhée une 2ème colonoscopie avec biopsie profonde montre une colite lymphocytaire. L'examen ophtalmologique, note une périphlébite et vascularite rétinienne. Le reste du bilan de vascularite reste négatif (Facteur rhumatoïde, facteurs anti-nucléaires, anti-filaggrines, anti-cytoplasme des polynucléaires neutrophiles, anti-mitochondries, et anti-muscles lisses, enzymes musculaires angioconvertase le typage HLA-B 27 et HLA-B5). Un amaigrissement récent, avec tachycardie et dysphonie, sont expliqués par une thyroïdite de hashimoto en phase d'hyperthyroïdie. La patiente est traitée par bolus de méthylprédnisolone, associée à la salazopyrine (2 g/j) et au carbimazole. L'évolution est marquée par la disparition de la périphlébite rétinienne, normalisation du bilan thyroïdien, mais persistance de l'oligoathrite.

 Discussion

La colite lymphocytaire atteint la femme après 50 ans, et est souvent associée à des maladies auto-immunes ou inflammatoires. Habituellement d'apparence idiopathique, son origine génétique, infectieuse, ou médicamenteuse est en cours d’évaluation.

 Conclusion

la particularité de cette observation réside dans la survenue de la colite lymphocytaire sur un terrain d'auto immunité.

Mots-clefs :
colite lymphocytaire
Spondylarthropathie
oligoarthrite

© SFR - Soumission Congrès 2006

Envoyer à un ami Imprimer