© Soumission Congrès 2006
SFR
Société Française de Rhumatologie
Envoyer à un ami Imprimer
 RESUME SELECTIONNE
 Lu.64

Cas clinique : lésions vertébrales condensantes multiples d’origine dégénérative: aspect radiologique et discussion diagnostique
J. Glémarec, C. Bollet, M. Pot Vaucel, P. Guillot, J. Berthelot, Y. Maugars

 Introduction

Nous rapportons le cas d’une patiente chez laquelle des lésions condensantes vertébrales multiples ont été rapportées à une origine dégénérative. Nous présentons l’aspect radiologique et discutons des diagnostics différentiels.

 Cas Clinique

Mme P, 54 ans, sans antécédent, présente des dorsalgies et des lombalgies mécaniques depuis 2 ans. Radiographie standard : aspect condensé de T6, T10, L2 et L5 sans argument pour un Paget. Scintigraphie osseuse : hyperfixation de T6, T7, T10, L2, L3 et L5. IRM : hyposignal T1 et hypersignal T2 n’intéressant que les corps vertébraux de L2, L3, L4, L5, T5, T6 et T7.L’examen clinique et le bilan biologique sont sans particularité. Mme P est hospitalisée pour discuter d’une biopsie. Le scanner thoraco-abdomino-pelvien est normal, le scanner du rachis confirme la condensation vertébrale multi-étagée homogène respectant les arcs postérieurs, développée en regard de plateaux vertébraux érosifs et associés à de volumineuses hernies intra-spongieuses, sans anomalie des parties molles. Le diagnostic de discopathies érosives condensantes est retenu . L’évolution à 6 mois est favorable.

 Discussion

Dans la littérature on retrouve quelques séries peu importantes de discopathies érosives condensantes idiopathiques. Elles ont la particularité de prédominer au rachis lombaire, le plus souvent sur un ou 2 étages et de n’intéresser qu’une partie de la vertèbre. Elles sont à prédominance féminine nette avec un âge de diagnostic entre 40 et 60 ans. La présentation radiologique de notre patiente est donc très atypique de par l’étendue des lésions et l’atteinte dorsale. Les diagnostics différentiels sont la maladie de Paget, les métastases osseuses ostéocondensantes, les hémopathies dont des myélomes à localisation osseuse condensante, les lésions osseuses du POEMS syndrome qui sont souvent uniques et non fixantes en scintigraphie. Il faut rechercher des arguments pour un SAPHO, une arthropathie métabolique type chondrocalcinose.

 Conclusion

Des lésions condensantes multiples rachidiennes peuvent être d’origine dégénérative, ce diagnostic ne doit être retenu qu’après un bilan complet.

Mots-clefs :
Ostéocondensation vertébrale

© SFR - Soumission Congrès 2006

Envoyer à un ami Imprimer