© Soumission Congrès 2006
SFR
Société Française de Rhumatologie
Envoyer à un ami Imprimer
 RESUME SELECTIONNE
 Ma.31

Ostéomalacie due à un syndrome de Fanconi au cours d'un traitement par ténofovir
F. Bentaberry, N. Bernard, A. Monnier, F. Bonnet, P. Morlat

 Introduction

L’hypophosphorémie est un effet secondaire fréquent lors d’un traitement par ténofovir (analogue de l’adenine, inhibiteur de la transcriptase inverse), par contre les descriptions de cas d’ostéomalacie lors d’un tel traitement restent rares dans la littérature (1,2).

 Cas Clinique

Une patiente âgée de 60 ans, traitée depuis août 2003 par ténofovir dans le cadre d’une infection par VIH, fut admise dans le service en janvier 2006 pour une altération de l’état général associée à une impotence fonctionnelle majeure avec difficultés à la marche et des douleurs osseuses du bassin et de la région lombo-sacrée. Un scanner du rachis lombaire mit en évidence une fracture de l’épineuse droite de L5, ainsi que du pédicule gauche. La scintigraphie osseuse montra une fracture en H sacrée, ainsi que des hyperfixations de l’hémi-symphyse pubienne gauche et du médio-tarse antérieur gauche évocatrices de fissures. Le bilan phosphocalcique mit en évidence une hypophosphorémie à 0,34mmol/l, une hypocalcémie à 2,01mmol/l, une hypocalciurie à 1,18mmol/24 heures, une normophosphaturie, une 25 hydroxyvitamine D effondrée à 5ng/ml, une parathormonémie augmentée à 114pg/l. La fonction rénale était conservée, il n’existait pas de glycosurie, par contre on notait une hyperaminoacidurie globale, la présence de bicarbonates urinaires à 17mmol/l et un taux de réabsorption du phosphore diminué à 74%. Le diagnostic d’ostéomalacie dû à un syndrome de Fanconi probablement d’origine iatrogène fut retenu. La patiente fut alors placée sous supplémentation vitaminocalcique et le ténofovir arrêté. Elle fut revue à 3 mois avec une nette diminution de ses douleurs et une amélioration de son état général. En août 2006, soit 7 mois après l’arrêt du ténofovir, les douleurs avaient complètement disparues, l’état général était excellent, on notait une normalisation du bilan phosphocalcique avec notamment une phosphorémie à 1,37mmol/l.

 Conclusion

Il s’agit d’une observation originale d’ostéomalacie secondaire à un syndrome de Fanconi dû à un traitement anti-rétroviral (ténofovir), à la vue des rares cas rapportés d’une telle association l’imputabilité au ténofovir devra être confirmé par d’autres observations. Il semblerait prudent pour les prescripteurs de ténofovir de contrôler régulièrement la phosphorémie et d’être en alerte devant tout signes douloureux osseux.

Mots-clefs :
ostéomalacie
syndrome de Fanconi
ténofovir
Référence bibliographique :
Earle K.E et al. J Bone Miner Res. 2004;19 (5) : 714-21
Parsonage M.J et al. HIV Med. 2005;6 (5) : 341-6

© SFR - Soumission Congrès 2006

Envoyer à un ami Imprimer