© Soumission Congrès 2007
SFR
Société Française de Rhumatologie
Envoyer à un ami Imprimer
 RESUME SELECTIONNE
 Me.16

Amylose cervicale en hémodialyse : à propos d’un cas
S. Barbouch, L. Ben Fatma, K. Ben Abdelghani, F. Hazgui, S. Turki, H. Ben Maiz, A. Kheder

 Introduction

L'amylose à β2 microglobuline est une complication fréquente des hémodialysés de longue date. Elle se manifeste habituellement par un syndrome du canal carpien, une érosion osseuse ou une arthropathie destructrice. Le syndrome du canal carpien survient chez 50% des patients hémodialysés au delà de 20 ans de dialyse. L'atteinte amyloïde rachidienne est beaucoup plus rare, survenant chez 10 à 25% des patients porteurs d'arthropathie amyloïde et appelée la spondylarthropathie destructrice.

 Observation

Nous rapportons le cas d'un patient âgé de 60 ans, hémodialysé chronique depuis 12 ans, exploré pour cervicalgies sans signes de compression neurologique. La radiographie standard montre un aspect de spondylodiscite C6-C7 avec des géodes de part et d'autre du plateau vertébral. Le diagnostic est initialement orienté vers une spondylodiscite tuberculeuse devant présence concomitante d'une tuberculose pulmonaire confirmée bactériologiquement. Mais devant la non-amélioration sous traitement anti-tuberculeux quadruple, de la spondylodiscite, le diagnostic a été reconsidéré. L'imagerie par résonnance magnétique (IRM) faite dans un second temps a montré un aspect de spondylodiscite avec remaniement du signal des corps vertébraux et une discrète compression médullaire sans expression clinique (voir clichés). Le diagnostic d'amylose cervicale a été porté.

 Discussion

Dans la littérature, seuls quelques cas de spondylarthropathie amyloïde au niveau du rachis sont rapportés. Il s'agit d'atteinte du rachis cervical et plus rarement du rachis lombaire. Le diagnostic est apporté par l'IRM. Récemment, de nouveaux moyens diagnostiques sont proposés comme la scintigraphie à la β2 microglobuline marquée. La compression médullaire engage le pronostic vital et constitue une indication neurochirurgicale. L'intervention neurochirurgicale est grevée de séquelles essentiellement algiques et parfois d'instabilité osseuse. L'étude histopathologique de la pièce opératoire confirme le diagnostic en montrant la présence de dépôts amyloïdes à β2 microglobuline. Le traitement symptomatique de l'arthropathie amyloïde comprend des procédures orthopédiques et la physiothérapie, mais il reste essentiellement préventif basé sur l'utilisation de membrane de dialyse biocompatible High-Flux et la réalisation le plus précocement possible une greffe rénale.

 Conclusion

L'amylose à β2 microglobuline est fréquente chez les hémodialysés et constitue un sujet d'intérêt actuel. La localisation rachidienne est rare et peut engager le pronostic vital. Le traitement reste essentiellement préventif.

Mots-clefs :
rachis cervical
Amylose

© SFR - Soumission Congrès 2007

Envoyer à un ami Imprimer