© Soumission Congrès 2007
SFR
Société Française de Rhumatologie
Envoyer à un ami Imprimer
 RESUME SELECTIONNE
 Me.34

Spondylarthrite ankylosante compliquée d'une panuveite
L. Abdelmoula Cheikhrouhou, N. Testouri, C. Ben Hadj Yahia, R. Ben M'Barek, L. Chaabouni, R. Zouari

 Introduction

L'uvéite antérieure aigue non granulomateuse est la plus fréquente des manifestations oculaires et systémiques des spondylarthropathies .La panuveite complique exceptionnellement l'évolution d'une spondylarthropathie.

 Observation

Mme C.Z, âgée de 43 ans suivie pour spondylarthrite ankylosante dans sa forme axiale évoluant depuis 7 ans traitée par des AINS .Elle consulte pour rougeur oculaire, l'examen ophtalmologique, objective un uvéite antérieure gauche qui a bien évoluée sous collyres mydriatiques et AINS .Trois ans après, elle reconsulte pour la même symptomatologie, le contrôle ophtalmologique trouve une panuveite bilatérale d'où l'indication de 3 bolus de solumedrol avec amélioration .1 ans après, elle patiente est hospitalisée pour flou visuel secondaire à une papillite bilatérale qui a bien évoluée sous 6 bolus mensuels de solumedrol.3 ans plus tard, on note une récidive de la panuveite compliquée de membrane epimaculaire qui ne s'est pas améliorée sous 6 bolus combinés d'Endoxan -Solumedrol.2 ans après, et devant l'aggravation majeure de la panuveite, le patiente a été mise sous ciclosporine pendant 20 mois arrêtée devant l'amélioration oculaire. Noter que dans le cadre du bilan étiologique, une colonoscopie, pratiquée en début de l'évolution de la spondylarthropathie, était normale, a été refaite devant l'apparition de diarrhée concomitante à l'introduction de la ciclosporine a redressé le diagnostic en montant un aspect de maladie de crohn.

 Conclusion

De survenue exceptionnelle au cours des spondylarthropathies, seul un diagnostic précoce et une prise en charge rapide pourraient améliorer le pronostic de la panuveite.

Mots-clefs :
Spondylarthropathie

© SFR - Soumission Congrès 2007

Envoyer à un ami Imprimer