© Soumission Congrès 2009
SFR
Société Française de Rhumatologie
Envoyer à un ami Imprimer
 RESUME SELECTIONNE
 O.91

Évolution anatomique et fonctionnelle naturelle des tendinopathies dégénératives de la coiffe des rotateurs : résultats d’une étude radioclinique longitudinale
J. Beaudreuil, D. Petrover, S. Lasbleiz, P. Richette, T. Bardin, P. Orcel, J. Laredo

 Introduction

Les tendinopathies dégénératives de la coiffe des rotateurs (TDCR) représentent une affection fréquente de l'adulte. Leur prévalence va croissante avec l'âge. Leur expression clinique est extrêmement variable. Ces informations sont essentiellement issues d'observations transversales. Très peu d'études longitudinales ont à ce jour permis de documenter l'histoire naturelle des TDCR, à la fois dans ses aspects lésionnels et cliniques. L'objectif de cette étude est la description de l'évolution clinique et IRM sur plus d'un an, de patients souffrant d'une TDCR.

 Patients et Méthodes

Les patients souffrant d'une épaule douloureuse avec conflit sous-acromial ont été inclus de façon prospective. Les critères d'inclusion étaient : âge > 30 ans, douleur >1 mois, épaule souple, non instable et sans calcification, présence d'au moins 2 manœuvres de conflit positives parmi les tests de Neer, Yocum et Hawkins. Les patients ont été évalués cliniquement par le score de Constant et en IRM, au temps initial et au terme d'un suivi > 1 an. Quatre catégories diagnostiques ont été retenues en IRM : tendons normaux, tendinopathie, rupture partielle, rupture transfixiante. La lecture a été faite par un radiologue spécialisé. L'évolution anatomique a été exprimée en terme de régression, stabilité et progression lésionnelles, sur la base d'un changement de catégorie ou d'une variation du nombre de tendons atteints au cours du temps, sur 2 IRM successives. Le score de Constant a été exprimé en fonction de ces 3 profils évolutifs.

 Résultats

Vingt six patients ont été inclus entre 2002 et 2005 : âge 59±10, ratio F/H 21/5, durée des douleurs 23±31 mois. Les résultats de l'IRM initiale étaient les suivants : tendons normaux 5, tendinopathie 5 (supra-épineux 4, supra et intra-épineux 1), rupture partielle 7 (supra-épineux 4, infra-épineux 1, supra et infra-épineux 2), rupture transfixiante 9 (supra-épineux 7, sub-scapulaire 1, supra et infra-épineux 1). Les patients ont été revus à 20±10 mois. Ils avaient eu un traitement conservateur et aucun n'avaient été opéré. Deux IRM successives étaient analysables pour 25 d'entre eux. Au terme du suivi, le score de Constant était amélioré de façon significative (62±21 vs 39±12, p<0,0001). Sept patients (4 ruptures partielles, 1 rupture transfixiante, 1 tendinopathie, 1 coiffe normale initiales) étaient l'objet d'une progression lésionnelle, 15 étaient stables et 3 (3 ruptures partielles) connaissaient une régression. Le score de Constant final ne variait pas de façon significative en fonction du profil évolutif en IRM (progression 59±21, stabilité 63±21, régression 77±24, p = 0,43).

 Discussion

Sept épaules douloureuses avec conflit sous-acromial sur 25 ont connu une progression des lésions tendineuses en IRM à 20 mois. Trois cas de rupture partielle ont régressé. Le score de Constant s'est quant à lui amélioré dans tous les cas et ne variait pas en fonction du profil évolutif en IRM.

 Conclusion

Cette étude conforte l'idée d'une aggravation des TDCR au cours du temps. Elle montre toutefois l'inconstance de cette altération à 20 mois et suggère la possible réversibilité des images de ruptures partielles. Le profil évolutif en IRM ne parait en outre pas rendre compte de l'évolution clinique, régulièrement favorable.

Mots-clefs :
Épaule
Coiffe des rotateurs
Évolution

© SFR - Soumission Congrès 2009

Envoyer à un ami Imprimer