SFR


 Revue
Revue du Rhumatisme

Revue du rhumatisme
Facteurs d'impact
Joint Bone Spine
2009 : 2.25


  Organe officiel de la Société
   Française de Rhumatologie

 Revue scientifique et de FMC

Morceaux choisis
Retrouver les articles de la
Revue sélectionnés par la SFR

 
 

Editorial

- Auteur : Dr Patrick LE GOUX - le 16/06/2008 à 09:14:16
Le rhumatologue face à la pathologie sportive : quelle doit être son approche ?La pathologie de l’appareil locomoteur liée à la pratique du sport est relativement présente dans la pratique quotidienne du rhumatologue, ce d’autant que l’activité sportive de loisir concerne souvent des seniors, s’agissant de la course à pied, du tennis, du vélo, de la randonnée, du golf…
La pathologie micro traumatique du sportif pratiquant la compétition comme celle du sportif de loisir « acharné » a considérablement évolué ces dix dernières années quant à son diagnostic et sa prise en charge, avec l’apparition de « technopathies » spécifiques liées aux contraintes mécaniques et à l’hyper sollicitation des structures articulaires et de leur environnement. 

Cette évolution s’est bien sur réalisée au fur et à mesure que la maîtrise du geste technique et que l’aspect athlétique du sport se sont développés, que la pratique de certains sportifs de loisir s’est réellement intensifiée et que les compétitions se sont développées (plus d’un million de licenciés pour la FFT). 
La fracture de fatigue ou fracture de stress à la jambe ou au pied, véritable maladie d’adaptation physiologique développée sur un os sain chez un coureur en est un parfait exemple. On peut également décrire des tendinopathies de « sur utilisation » concernant les coudes ou encore les poignets chez le tennisman ou le golfeur dont la prise en charge thérapeutique s’est modifiée sous l’impulsion des techniques d’imagerie, notamment l’échographie qui permet une étude dynamique et désormais de suivre l’évolution dans le temps des structures lésées. 

Des traitements plus efficaces peuvent être appliqués à ces tendinopathies notamment les ondes de choc, de même que des techniques de rééducation plus performantes. 
De nouvelles entités ont été identifiées au plan anatomique à l’épaule ou l’apport de l’arthroscopie est indiscutablepar exemple le conflit postérieur décrit par Walch dans les sports de lancer qui s’ajoute au conflit antéro supérieur déjà décrit par Neer. D’autres conflits mécaniques (os tendon, os tissus mous) ont également vus le jour, en particulier le conflit du carrefour postérieur de la cheville chez un footballeur ou une danseuse, ou encore le conflit antérieur de la hanche …. 
Enfin la pathologie post traumatique articulaire, qu’elle soit méniscale cartilagineuse ou ligamentaire comme au genou ou en rapport avec une lésion ostéochondrale à la cheville, a bénéficié la encore ces dernières années des progrès de l’imagerie ( IRM, arthroscanner) et d’une prise en charge chirurgicale sou arthroscopie sans cesse plus ciblée (méniscectomie, suture méniscale, reconstruction du LCA, greffe ostéochondrale…) en passant par les traitements médicaux notamment la viscosupplémentation. 
Autant de pathologies pouvant entrainer de séquelles et générer une arthrose…donc concerner au premier rang le rhumatologue. 

Ainsi il apparait indispensable à ce jour que notre discipline s’implique et prenne à son compte la pathologie sportive de l’appareil locomoteur, parce qu’elle touche à toutes les structures de l’appareil locomoteur (entheses, cartilage et tissu osseux) et que le rhumatologue de par sa formation clinique est en mesure de l’appréhender de façon optimale et d’élargir encore son champ d’action …

Il est maintenant temps de battre le rappel des troupes ! 


Dr Patrick LE GOUX
Rhumatologue - Médecin de la FFT- Consultant à l’INSEP
Praticien Attaché de Consultation des services de rhumatologie et de chirurgie orthopédique de l’Hôpital Ambroise Paré Boulogne



Retour.....
Siège Social : 80, rue de l'Abbé Groult 75015 PARIS - Tél. : 01.42.50.00.18 - Fax. : 01.42.50.10.68