© Soumission Congrès 2008
SFR
Société Française de Rhumatologie
Envoyer à un ami Imprimer
 RESUME SELECTIONNE
 Lu.19

Evolution de la cyphose thoracique chez les femmes ménopausées osteoporotiques traitées par ranelate de strontium
C. Roux, K. Briot, S. Kolta, R. Said Nahal, C. Benhamou, J. Fechtenbaum

 Introduction

L'augmentation de la cyphose thoracique (fréquente chez les sujets âgés et dans l'ostéoporose post-ménopausique) peut être due à des fractures vertébrales, à des modifications dégénératives discales, et/ou une diminution de la force musculaire rachidienne. L'hyper cyphose s'associe à une augmentation du risque de chutes, une détérioration des capacités physiques et une majoration du risque de mortalité chez les femmes les plus âgées. Plusieurs traitements sont capables de réduire le risque de fracture vertébrale, mais leur effet sur les courbures rachidiennes n'est pas connu.
But de l'étude :
Evaluer l'effet du ranelate de strontium sur l'évolution de la cyphose thoracique chez les femmes ménopausées ostéoporotiques.

 Matériels et Méthodes

Analyse post-hoc à partir des études SOTI et TROPOS chez des femmes ostéoporotiques ménopausées. Les patientes ont eu au début de l'étude puis chaque année pendant 3 ans (procédure standardisée) des radiographies du rachis lombaire et thoracique de profil. La cyphose thoracique a été quantifiée par un index de cyphose (IC), défini sur les radiographies de profil comme le rapport BD/AC (AC = ligne du bord supéro-antérieur de T4 au bord inféro-antérieur de T12 ; BD = ligne perpendiculaire du point postérieur inférieur ou supérieur le plus éloigné des vertèbres T7, T8, ou T9 à la ligne AC) exprimé en %. Plus l'IC est élevé, plus la cyphose est importante.

 Résultats

La population de l'étude comprenait 3 218 patientes (1 564 randomisées dans le groupe ranélate de strontium et 1 624 dans le groupe placebo) : âge moyen 73,3 ans, T-score lombaire (L2-L4) -3,1, T-score fémoral -3,0. IC : 25,4 %. L'IC a augmenté pour toutes les patientes de façon significative au cours des 3 ans (p<0,001 par rapport à baseline), mais moins (p = 0,003) chez les patientes traitées par ranélate de strontium : + 3,71 ± 7,69 % que dans le groupe placebo : + 4,70 ± 7,32 %.
Les mêmes calculs ont été répétés après exclusion des patientes avec fractures vertébrales thoraciques incidentes ou prévalentes. Dans ce sous-groupe de 1 193 patientes (634 dans le groupe ranélate de strontium et 559 dans le groupe placebo), l'augmentation de l'IC dans le groupe ranélate de strontium était plus faible (p < 0,001) que dans le groupe placebo (respectivement + 2,72 ± 7,17 % versus 4,34 ± 6,54 %).

 Conclusion

Ces résultats prospectifs montrent que la cyphose thoracique augmente avec le temps, en 3 ans, chez les femmes ostéoporotiques ménopausées. Dans cette étude, le ranélate de strontium a freiné la progression de la cyphose au cours des 3 ans, qu'il y ait ou non des fractures vertébrales.

Mots-clefs :
cyphose
fracture vertébrale
ranélate de strontium

© SFR - Soumission Congrès 2008

Envoyer à un ami Imprimer