© Soumission Congrès 2008
SFR
Société Française de Rhumatologie
Envoyer à un ami Imprimer
 RESUME SELECTIONNE
 Me.147

Hyperostose vertébrale ankylosante : A propos de 12 cas
R. Tekaya, H. Daghbouji, C. Ben Hadj Yahia, O. Neji, L. Abdelmoula, L. Chaabouni, R. Zouari

 Introduction

L'hyperostose vertébrale ankylosante (HVA) est une affection dégénérative d'étiologie inconnue touchant préférentiellement les sujets âgés. A côté des signes rachidiens, des localisations extravertébrales (enthésopathies du calcanéum, rotule..) sont récemment introduites dans les critères diagnostiques.

 Résultats

Nous avons colligé 12 cas d'HVA. Il s'agissait de 4 hommes et 8 femmes d'âge moyen de 60 ans [50-73]. Un antécédent de diabète type 2 était noté chez 6 patients et une dyslipidémie chez 2 patients. Une patiente était suivie pour un rhumatisme à hydroxyapatite, un patient pour une polyarthrite rhumatoïde et un autre pour un rhumatisme psoriasique. Le mode de découverte était des rachialgies dans 4 cas et une dysphagie révélatrice dans 2 cas. Dans les autres cas (n = 6) la découverte était fortuite lors d'un bilan radiologique pratiqué pour exploration d'autres symptômes. Une raideur rachidienne était notée chez 7 patients. Un seul patient présentait des douleurs périphériques au niveau des enthèses des talons. Deux patients présentaient une symptomatologie neurologique à type de névralgie intercostale. Radiologiquement la localisation de l'HVA était dorsolombaire dans 10 cas, lombaire dans un cas, dorsale dans 2 cas et cervicale dans 5 cas. Dix patients présentaient une ossification du ligament vertébral antérieur et 2 patients une ossification du ligament vertébral postérieur. Un bloc C1-C2 a été relevé chez un patient. Aucun cas de fracture vertébrale n'a été noté dans notre série. Des proliférations osseuses aux zones d'insertions tendineuses étaient notées chez 5 patients touchant la rotule (n = 2), le calcanéum (n = 2), la capsule articulaire de la hanche (n = 1), le trochanter (n = 1), les crêtes iliaques (n = 2) et l'ischion (n = 1). Un patient avait des calcifications de la zone d'insertion du ligament latéral interne des chevilles.
Dans les cas de dysphagie révélatrice, la fibroscopie digestive a montré une compression extrinsèque de la paroi postérieure de l'œsophage sans lésion de la muqueuse et les radiographies du rachis cervical ont montré une ostéophytose exubérante C4-C5, C5-C6 et C6-C7 chez un patient. Dans l'autre cas le transit œsophagien a conclu à une compression extrinsèque par une ostéophytose marginale antérieure cervicale C4-C5, C5-C6, C6-C7 et C7-D1 réalisant une empreinte sur la partie postérieure de l'œsophage indiquant un traitement chirurgical avec greffe d'os spongieux.

 Conclusion

Pathologie fréquente, l'HVA est responsable par ses douleurs et son enraidissement rachidien d'un handicap notable ne répondant que partiellement aux thérapeutiques médicamenteuses ou physiques. La chirurgie reste indiquée en cas de complications.

Mots-clefs :
Hyperostose vertébrale
enthèses

© SFR - Soumission Congrès 2008

Envoyer à un ami Imprimer