© Soumission Congrès 2010
SFR
Société Française de Rhumatologie
Envoyer à un ami Imprimer
 RESUME SELECTIONNE
 Ma.12

Les connectivites : quels aspects sémiologiques et immunologiques chez le sujet noir africain du Burkina Faso ?
D. Ouédraogo, P. Niamba Antoine, H. Kafando, H. Tiéno, N. Korsaga Somé, O. Guira, F. Barro Traoré, J. Drabo

 Objectif

Décrire les caractéristiques sémiologiques et immunologiques des connectivites à Ouagadougou.

 Patients et Méthodes

Il s’agissait d’une étude rétrospective sur dossiers menée du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2009 dans les services de dermatologie et de médecine interne du Centre Hospitalier Universitaire Yalgado Ouédraogo.
Tous les patients ayant un lupus érythémateux systémique (LES), une sclérodermie systémique (SS), une dermatopolymyosite (DPM), un syndrome de Gougérôt-Sjogrën (SGS) primitif, une polymyosite (PM) ou une connectivite indeterminée (CI) répondant aux critères l’ACR, ont été inclus.
Les paramètres cliniques et biologiques ont été collectés grâce à une fiche pré-informatisée.

 Résultats

Quarante deux patients ont été colligés pendant la période de l’étude. Leur âge moyen était de 41,2 ans ±11,97 ans avec des extrêmes de 15 et 75 ans ; il s’agissait de 36 femmes (85,7 %) et de 6 hommes (14,3 %). Il s’agissait de : LES (10 cas), SS (14 cas), DPM (7 cas), SGS primitif (1 cas), PM (1 cas), et CI (9 cas).
Les patients ayant un LES avaient une moyenne d’âge de 45,4 ans ± 11,7 ans avec des extrêmes de 29 ans et 66 ans ; sept patients étaient de sexe féminin ; les caractéristiques sémiologiques étaient dominées par le rash malaire (7/10), une polyarthralgie (8/10), une péricardite échographique (3/10), des anticorps anti-ADN natif (3/6), anti-Sm (3/6), anti-RNP (3/6) ou anti-SSA (4/6).
Les patients ayant une SS avaient un âge moyen de 41,9 ans ± 8,5 ans avec des extrêmes de 23 ans et 55 ans, majoritairement de sexe féminin (11/13). Les caractéristiques sémiologiques étaient dominées par la slérodactylie (8/14), les troubles du rythme (8/14), la présence d’anticorps anti-Scl70 (5/10).
L’âge moyen des patients ayant une DPM était de 36.4 ans± 8.7 ans et des extrêmes de 21 et 75 ans. Il s’agissait de femmes (7/7). Les lésions étaient dominées par des troubles de la pigmentation (7/7) et un déficit moteur (signe du tabouret) chez 4 patients.
Le SGS primitif concernait une femme de 40 ans ayant une polyarthrite non érosive, un syndrome sec occulo-buccal subjectif et objectif, des anticorps antinucléaires positifs à 1/400 sans anti-ADN natif, anti-SSA ou SSB.
La patiente ayant la PM avait 50 ans ; l’EMG montrait un syndrome myogène diffus sans anomalie biologique (AAN, CPK, aldolase, sérologies VIH, hépatitique B et C).
L’âge moyen des patients ayant une CI étaient de 40,5 ans ± 11,5 ans avec des extrêmes de 25 ans et 50 ans et constitués uniquement de femmes. La symptomatologie était dominée par une polyarthrite chronique non érosive. Les anticorps anti-noyaux étaient rapportés chez une seule patiente sans spécificité.

 Conclusion

Les connectivites rapportées à Ouagadougou avaient une présentation clinique et immunologique similaire aux séries caucasiennes.

Mots-clefs :
Connectivite
Burkina Faso
Afrique sub-saharienne

© SFR - Soumission Congrès 2010

Envoyer à un ami Imprimer